Spitzberg

Baie du Roi (ENSPBR)

Voyage accompagné | Rando Kayak
Niveau : modéré
| À partir de 2895 €

Prochain départ le 07/07/2019

Comparer
Réservez
Précédent Suivant
Réserver ce voyage
11 jours , 7 jours de kayak de mer

Ce voyage à destination du dernier territoire abordable avant le Pôle Nord permet de découvrir l'un des plus charmants fjords du Spitzberg : la baie du Roi. Des étapes entre trois camps, au coeur de la baie, vous permettront de naviguer au milieu d'une mer recouverte de glace, d'approcher des phoques se prélassant au soleil et d'admirer l'ensemble de la baie des sommets alentours. Cette visite en baie du Roi constituera sans aucun doute un voyage mémorable.

Vous aimerez...
  • La rencontre avec la faune et la flore du Spitzberg dans un secteur préservé grâce à de nombreuses réserves naturelles.
  • Une équipe sur place passionnée et professionnelle pour vous garantir un séjour inoubliable, de qualité et en toute sécurité.
  • Le confort de l'auberge à Longyearbyen en début et fin de raid
Jour 01 : Vol Paris - Longyearbyen

Accueil à l'aéroport de Longyearbyen et transfert jusqu'au centre ville pour une nuit au chaud dans votre hébergement.

Hébergement : Guesthouse ou appartement privatif

Jour 02 : Longyearbyen départ pour la Baie du Roi

Préparation du départ, distribution et vérification du matériel, briefing sécurité et vie au camp. Dans l'après midi, visite libre de Longyearbyen, la capitale territoriale la plus septentrionale du monde.
Départ en fin d'après midi en bateau. Nous longeons le fjord Saint Jean puis l'ile du Prince Karl. 6h de navigation.

Hébergement : Nuit sous tente

Jour 03 à 08 : Kayak de mer en autonomie dans l'une des plus belles baies du Spitzberg : la Baie du Roi

Arrivée en baie du Roi dans la matinée. Nous installons notre camp en face du glacier de Blomstrand Nous partons pour une première séance d'initiation au kayak de mer dans les eaux du Kongfjorden.

Nous monterons successivement au cours du séjour de deux à trois camps à partir desquels nous rayonnons soit en kayak, soit en randonnée pour gravir des sommets (500m) qui dominent l'ensemble de la Baie du Roi.

Cette baie est entourée de montagnes et de 4 immenses glaciers qui viennent s'échouer dans la mer. Elle est très souvent envahie par des milliers d'icebergs sur lesquels viennent se reposer phoques et autres oiseaux marins.
De par sa forme elle permet de faire de formidables explorations sans parcourir de longues distances. C'est probablement le lieu où les icebergs sont les plus grands et les plus variés de la côte ouest du Spitzberg.

Ici, chaque lieu est marqué par l'histoire des explorations polaires : emplacement de stations baleinières au 17éme siècle, site de départ du premier envol en dirigeable à destination du Pôle Nord ...

Ny Ålesund était une simple mine de charbon au début du siècle, avant de devenir aujourd'hui la communauté la plus septentrionale du monde, elle abrite dorénavant un centre international de recherche polaire.

Nous prendrons le temps de savourer ce décor grandiose, de glisser sur l'eau en kayak afin de nous rapprocher des mammifères marins et des oiseaux (jusqu'à 27 espèces différentes protégées dans ces réserves : macareux, mergules nains, goélands sénateurs, phalaropes à bec large...) ou de faire de petites excursions sur les sommets dominant les glaciers plongeant dans la mer.

Cette zone est également un lieu de passage des morses mais surtout du seigneur des lieux, l'ours polaire que nous aurons peut être la chance de croiser sur notre route.

Hébergement : Nuits sous tente

Jour 09 : Ny Ålesund - Longyearbyen

Nous découvrons la base scientifique de Ny Ålesund avec sa célèbre statut de Roald Amundsen le non moins célèbre explorateur norvégien. Nous reprenons la mer pour 6 heures de traversée afin de rejoindre Longyearbyen. Une fois sur Longyearbyen, rangement du matériel, puis transfert vers notre hébergement pour un bon repas suivi d'une douche chaude salvatrice et d'une douce nuit au chaud.

Hébergement : Nuit en guesthouse

Jour 10 : Journée libre

Journée de détente à Longyearbyen pour profiter de l'ambiance de cette ville du bout du monde, capitale de l'arctique. En option, visite du musée du Svalbard (recommandée), croisière vers la cité russe abandonnée de Pyramiden, activités optionnelles comme chien de traineau à roulette...

Jour 11 : Vol retour vers la France

Départ dans la nuit pour l'aéroport.

Du
Au
Prix TTC par pers.
Départ assuré
Inscription
  • 07/07/2019
    17/07/2019
    2895€

    dès 5 inscrit(s)

  • 14/07/2019
    24/07/2019
    2895€

    dès 5 inscrit(s)

  • 21/07/2019
    31/07/2019
    2895€

    dès 5 inscrit(s)

  • 28/07/2019
    07/08/2019
    2895€

    dès 5 inscrit(s)

  • 04/08/2019
    14/08/2019
    2895€

    dès 5 inscrit(s)

Code voyage :
ENSPBR
Nombre de participants :
5 à 12
le prix comprend :
  • Les vols Paris / Longyearbyen / Paris
  • Les taxes aériennes et de sécurité
  • Les déplacements selon le programme
  • L'hébergement et la pension complète durant le séjour, sauf le dernier repas à Longyearbyen et pendant les vols internationaux
  • L'encadrement par un guide accompagnateur francophone
  • Le prêt d'une partie du matériel : sac de couchage, vêtements techniques (salopette en fourrure polaire, combinaison gore-tex étanche, cagoule néoprène, gants, grosses chaussettes, ...)
le prix ne comprend pas :
  • Les frais d'inscription: 18€ par personne (gratuit -12ans)
  • L'assurance voyage annulation (3% du prix du voyage), l'assurance rapatriement (2%) ou l'assurance voyage multirisques : annulation, assistance, bagage, rapatriement (4% du prix du voyage)
  • Les éventuels suppléments aériens: Les prix indiqués sont établis en fonction, notamment, de certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Il se peut que cette classe désignée ne soit plus disponible au moment de la réservation, auquel cas nous pouvons être amenés à modifier le prix du voyage moyennant un supplément.

    La prolongation du séjour sur place pour profiter d'autres activités (à partir de 60€/nuit en chambre double).

    Les activités en option sous réserve de disponibilité:
  • Croisière à la journée vers le glacier de Nordenskjöll et vers la ville russe abandonnée de Pyramiden: 210€
  • Chiens de traineaux à roulette: 110€ la demi journée
À payer sur place :
  • Les boissons
  • Les activités non mentionnées au programme
  • Les dépenses personnelles
Niveau : modéré

Modéré. 6 à 7 heures d'activité par jour à un rythme tranquille. Aucune maîtrise du kayak n'est nécessaire.

Difficulté du séjour :
Sachez que 90% de nos participants n'ont jamais fait de kayak avant de venir au Spitzberg. La première journée du circuit est ainsi consacrée à l'apprentissage des techniques de base du kayak de mer.
Ces séjours en kayak demandent plutôt un effort d'endurance que musculaire.

Pour vous préparer à ce voyage, c'est avant tout votre forme générale qui est importante : pas trop d'excès avant de partir, des exercices d'endurance : footing, ski de fond, natation.

Age minimum : 15 ans

Encadrement

Guide-accompagnateur francophone et anglophone 66°Nord, spécialiste du Spitzberg.


Votre guide seul fait autorité durant la totalité de votre séjour, et lui seul, de par ses connaissances du terrain, est habilité à prendre des décisions.

Sécurité :
Nos séjours se déroulent en milieu polaire et dans des régions isolées pouvant parfois se révéler hostiles et qui sont également particulièrement fragiles.
Sur place, votre guide vous expliquera les règles de sécurité qu'il faut appliquer tant au niveau de la progression en randonnée ou en kayak qu'au niveau du campement et beaucoup de petits détails quotidiens concernant le froid et le confort.
Votre guide sera équipé d'un pistolet d'alarme et d'une carabine pour repousser une éventuelle visite d'ours. Chaque soir, nous assurerons un tour de veille pour surveiller le camp, moment privilégié pour savourer seul le calme de l'immensité arctique.
La balise Sarsat, emportée avec nous, permet d'alerter les secours en cas d'extrême urgence. Elle envoie un signal de détresse détecté par des satellites qui passent en moyenne toutes les demi-heures au niveau du Svalbard et qui localisent l'appel de détresse à 100 mètres près. Chaque guide possède également un téléphone satellite et est en contact permanent avec notre support logistique à Longyearbyen en cas de problème voir même si besoin avec le Sysselmanen qui gère les secours et la sécurité au Svalbard. Votre sécurité est notre priorité et nous accordons un point d'honneur à opérer des séjours qui sont encadrés de la manière la plus professionnelle et la plus écologique possible.

Hébergement

Bivouac sous tente d'expédition 3 personnes, utilisées pour deux personnes maximum, tentes légères et adaptées aux conditions du Svalbard. Nous nous réunissons chaque soir sous une tente mess confortable, l'occasion de partager un moment de convivialité autour d'un bon repas.


Alimentation

Nous essayons de vous proposer une nourriture équilibrée et en même temps adaptée aux conditions rencontrées au Spitzberg. Sachez qu'il est naturellement difficile, de trouver des légumes ou des fruits frais et de qualité dans le Grand Nord.
Le petit déjeuner : Müesli ou pain avec café, chocolat ou thé. Pas de croissant malheureusement !
Le midi : Pique-nique : Barres de céréales, fruits secs ou en-cas salés, charcuterie, fromage...
Le soir : Soupe chaude, plat chaud et dessert ...

Déplacement

Au Spitzberg, déplacements en kayak de mer et en randonnées.
Nous utilisons des kayaks en fibre, qui ont été spécialement conçus par une entreprise française et en Bretagne pour le milieu arctique. Ils ne demandent pas un gros niveau technique et peuvent naviguer par toutes mers, grâce à leur stabilité et à leur faible prise au vent. En cas de chavirage (peu vraisemblable), ils sont conçus pour que vous puissiez remonter à bord même en pleine mer.
Nous utilisons des kayaks biplaces car ces derniers sont plus stables et ont une plus grande capacité de chargement.

Vol international:
Nous utilisons soit la compagnie régulière SAS, soit la compagnie Norwegian, via Oslo.
Eau, thé, café offerts à bord des vols SAS. Toute autre consommation (boissons ou repas) payante à bord.
Vols SAS : 1 bagage en soute de 23kg et 1 bagage en cabine de 8kg (dimensions 50x40x23cm) sont autorisés par personne.
Vols Norwegian : 1 bagage en soute 20kg est prévu et 1 bagage en cabine de 10kg (dimensions 50x40x23cm) est autorisé par personne.

Vêtements à prévoir

Quelques principes de lutte contre le froid :

Notre pire ennemie : L’humidité !

Paradoxalement à sa situation géographique, le problème en arctique, c’est la chaleur excessive… même en hiver. Durant un effort physique notre organisme produit de la chaleur et de l’humidité et celle-ci est la plus difficile à évacuer.


Le système dit du multi-couches :

Pour l’habillement, la méthode "multicouche" est la meilleure. Il s’agit de porter plusieurs couches de vêtements dont les plus rapprochées du corps laissent facilement échapper la transpiration. Les autres couches conservent la chaleur et préservent le corps des conditions extérieures.

La couche de base :
Tee shirt et collant, les sous vêtements technique, ils doivent permettre la circulation de la transpiration du corps vers l’extérieur et permettre de rester au sec. Les fibres synthétiques et la laine assurent les meilleurs résultats.

La couche intermédiaire:
Collant et veste polaire : Durant longtemps, la laine fut l’isolant de base, boudé pendant les vingt derniers années, elle revient aujourd'hui en force. La polaire (fibre synthétique de polyester) est très efficace également. L’eau ne la pénètre presque pas et elle sèche rapidement. Il existe même des marques qui produisent des polaires en fibres recyclées, plus écologique.

La couche extérieure:
Veste et pantalon imperméable. Leur fonction est de protéger de la pluie, de la neige, du vent. Leur construction doit être solide. Ils devront être ample pour pouvoir mettre plusieurs couches en dessous. Ils doivent être à la fois respirant et imperméable au vent avec si possible des options techniques d’ouverture pour une meilleure
ventilation.


Règles de base

1. Des vêtements amples
Choisir des vêtements où l’on se sent à l’aise.

2. Choisir les bons matériaux, pour les bonnes couches.

3. Protéger ses extrémités
Une grande part de la chaleur se perd par les extrémités : la tête, les mains et les pieds. Un bon bonnet, une bonne paire de gants et des bonnes chaussettes (bien sèches) et vous mettez le maximum de chances de votre côté pour rester au chaud.

4. Ne pas avoir la flemme :
S’habiller et se déshabiller régulièrement, il faut savoir mettre et enlever les différentes couches de vêtements selon la situation.

5. Lutter contre l’humidité
Il faut veiller à ne pas trop mouiller vos vêtements. Un vêtement humide perd sa capacité à vous isoler du froid.


Liste d'équipement à prévoir :


Pour LONGYEARBYEN

- Vêtements de voyage pour l'aller et le retour en avion (Ils pourront être stocké en sécurité à Longyearbyen pendant votre séjour).
- 1 maillot de bain (pour la piscine ou le sauna à Longyearbyen, en option et si le timing le permet)

Pour le RAID

- 1 Veste et 1 pantalon Gore-Tex ou équivalent pour se protéger de la pluie et du vent.
- 1 Pantalon de randonnée, plus ou moins chaud suivant votre frilosité. Évitez le pantalon de ski, pas idéal pour marcher. Si votre pantalon est également imperméable, vous n'aurez pas besoin d'un pantalon en gore tex.
- 1 Bonnet chaud - fibre synthétique ou naturelle
- 1 Cache cou type Buff ou plus épais.
- 1 Veste polaire épaisse - fibre synthétique ou naturelle
- 1 polaire légère
- 1 doudoune légère et compressible, pour les soirées plus fraiche.
- 3 à 4 T-shirts fins, 2 manches courtes et 2 manches longues fibre synthétique ou naturelle
- 1 Caleçon long fin (pour la journée) - fibre synthétique ou naturelle
- 1 Caleçon long épais (pour la nuit) - fibre synthétique ou naturelle
- 3 à 4 paires de chaussettes de randonnée fines - fibre synthétique ou naturelle
- 3 à 4 paires de chaussettes de randonnée épaisses - fibre synthétique ou naturelle
- 1 paire de chaussures de montagne montante et imperméables (tout cuir ou gore tex ou les deux, les terrains sont rocailleux et parfois humides, il est important d'avoir des bonnes chaussures de randonnée)
- 1 paire de chaussures légères/baskets (pour le camp, en option)
- 1 paire de bottes en caoutchouc (de type chasse donc hautes) avec semelle crantée pour traverser les zones humides et autres rivières de fontes et pour pouvoir marcher un minimum avec.
- Sous vêtements personnels
- 1 paire de gants ou de moufles - fibre synthétique ou naturelle
- Gants néoprènes pour le kayak (en option car manchons fournis)
- 1 Casquette (à grande visière)
- 1 paire de lunettes de soleil (type glacier)
- 1 petite trousse de toilette avec le minimum et si possible des produits biodégradable.
- Lingettes, savon, dentifrice, brosse à dents
- Crème solaire
- Papier toilette écologique si possible.
- Bâtonnet pour les lèvres
- 1 drap de soie pour mettre dans le sac de couchage (obligatoire)

Équipement à prévoir

- 1 Oreiller gonflable (en option)
- 1 Appareil photos avec batteries en plus
- 1 paire de jumelles (en option)
- 1 gourde 1 l.
- Livre pour les journées de mauvais temps (éventuellement)
- Médicaments personnels (Dont 3 ou 4 pansements pour les ampoules)
- 1 paire de bâtons de randonnée (en option mais bien pratique quand même)
- 1 sac à dos à armature souple pour les séjours en itinérance en kayak. Celui ci sera beaucoup plus facile à loger dans les caissons étanches du kayak si il se plie facilement.

Matériel fourni sur place

Vous n'avez qu'à apporter les mêmes affaires que vous prendriez pour aller randonner en montagne l'été, nous fournissons le reste!

En effet, nous mettrons à votre disposition des équipements de grande qualité et d'une légèreté impressionnante, pour que vous passiez un séjour agréable sans souffrir d'inconfort. Tentes, duvets, matelas Therma-Rest, vêtements techniques, matériel de camping, kayak biplace avec tout son équipement, combinaisons type "Gore-Tex" étanches.

Matériel pour le groupe

Camping
- Une tente mess type "Tepee" 12-14 places
- 1 réchaud
- Matériel de cuisine collectif
- Gamelle personnelle et couverts

Éléments de sécurité pour le guide :
- 1 téléphone satellite
- 1 balise Sarsat
- 1 radio V.H.F.
- 1 carabine
- 1 pistolet d'alarme
- 1 trousse de premier soin

Nous offrons également à nos encadrants et pour garantir au maximum votre sécurité un support logistique à Longyearbyen pour être plus réactif en cas de problème.


Matériel par personne

Camping
- 1 tente d’expédition 3 places pour 2 personnes
- 1 sac de couchage synthétique de -5°C à -10°c
- 1 matelas auto-gonflant type Thermarest
- 1 Thermos/2 pers

Matériel de Kayak
- 1 combinaison sèche type Gore tex avec chausson intégré
- 1 paire de manchons néoprène de kayak pour les mains.
- 1 jupe de kayak
- 1 gilet de sauvetage
- 1 cagoule en néoprène
- 1 paire de chaussures ouvertes types "Crocs"
- 1 salopette en fourrure polaire "Helly Hansen" pour porter sous la combinaison en gore tex pour le kayak et/où à terre

Bagages

20 kg maximum en soute.
Nous vous recommandons de placer tout votre matériel et équipement dans un grand sac de voyage et de prendre un sac à dos avec vous en cabine que vous pourrez utiliser pour les randonnées à la journée.
Vous pourrez laisser vos affaires de ville à Longyearbyen pendant votre séjour dans un endroit fermé à clef et sécurisé.

Passeport

Passeport en cours de validité.
Le Svalbard est une zone détaxée. Vous êtes en principe, soumis au passage en douane (alcool et tabac) en rentrant sur le continent.

Si vous voyagez avec vos enfants sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir une carte d'identité individuelle ou un passeport individuel.

ATTENTION, à partir du 15 janvier 2017, un enfant qui voyage à l'étranger sans être accompagné de l'un de ses parents doit présenter les 3 documents suivants :
- Pièce d?identité valide du mineur : carte d'identité ou passeport + visa éventuel en fonction des exigences du pays de destination (à vérifier en consultant les fiches pays du site diplomatie.gouv.fr)
- Photocopie du titre d'identité valide du parent signataire : carte d'identité ou passeport
- Formulaire d?autorisation de sortie du territoire signé par l'un des parents titulaire de l'autorité parentale.

Pour tout complément d'informations: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1359

Carte d'identité

Non

Visa

Non

Infos Vaccins

Pas de vaccin obligatoire.

Climat

Chaleur et froid.
En été, la température moyenne est d'environ 6 à 8 °C avec des variations qui peuvent aller de 1 à 14° C.
La température minimale enregistrée à l'aéroport du Svalbard (mars 1986) est de 46,3° C en dessous de zéro, tandis que le record de chaleur, relevé en juillet 1979, est de 21,3° C. La température moyenne de l'année est de - 5,4° C.
La température de la mer en été est de 2° sur la côte ouest et de - 2° sur la côte est. La température est toujours plus basse près des glaciers.

Les vents.
Il faut savoir qu'au Spitzberg une journée ensoleillée peut être synonyme de vent fort. Quand le soleil brille, l'air chaud au niveau de la mer monte, l'air froid, stocké au niveau des glaciers "coule" par gravité vers la mer : on appelle cela des vents catabatiques. Leur violence dépend de la taille du glacier : maximum 80 km/h au Spitzberg, 200 km/h au Pôle Sud. Mais le climat du Spitzberg est souvent nuageux avec un plafond très bas qui recouvre les montagnes.
On a en principe du temps calme en juin et juillet. Dès la fin août, le vent du Nord commence à souffler. Septembre, c'est déjà l'hiver. Mais aucun été ne ressemble à un autre. Il n'existe pas de règle générale, il faut toujours être préparé pour faire face au pire comme au meilleur même si cela n'arrive pas.
En été, le vent est modéré et généralement très local. Tel cap peut être très exposé aux vents tandis qu'une baie plus loin est généralement calme. La direction des vents varie avec la direction des fjords. Le climat étant très changeant, le beau temps ne persiste pas plus de deux jours, de même que le mauvais temps. Il peut y avoir du brouillard en été.

Les précipitations.
La pluviosité annuelle moyenne à Longyearbyen est faible mais tend à augmenter avec le réchauffement climatique. Prévoyez des bons vêtements bien étanche pour les journées pluvieuses.


Les courants.
La hauteur des marées est généralement de 0,5 à 1,50 mètre. Un courant d'un noeud (1,8 km/h) tourne autour de l'île dans le sens des aiguilles d'une montre. Il peut devenir plus fort au niveau des caps et entre les îles.

Clarté et obscurité.
La nuit polaire de 2 mois et demi (14 novembre - 29 janvier) est aussi aimée que détestée, son unique rivale étant la pleine lune, fidèle et magnifique, dont la lumière intense sait donner une nouvelle dimension au paysage hivernal étincelant. Puis vient le soleil. Chaque année pendant quatre mois, le soleil brille haut dans le ciel sans interruption (19 avril - 23 août).
Fantastique...! Il se couchera définitivement le 21 octobre avant le long hiver.
En septembre, les jours raccourcissent d'une demi-heure par jour.

Les glaciers.
Les 2/3 de l'île sont recouverts par des glaciers. La partie la moins englacée se situe au centre de l'île autour de Longyearbyen du fait du climat plus continental et plus sec. Les glaciers se sont formés, il y a 10.000 ans durant la dernière glaciation. Les glaces actuelles ont à peu près 1000 à 2000 ans et sont des reliques glaciaires.
Depuis les dernières glaciations, les glaces ne cessent de régresser sur l'archipel car la pluviosité est trop faible pour maintenir la quantité des glaces en place.
L'épaisseur des glaces était si importante qu'elle a pesé sur la croûte terrestre et que celle-ci s'est enfoncée. De nos jours, depuis la régression des glaces, la terre de tout l'archipel remonte, laissant apparaître dans les endroits plats, des vestiges de plages qui forment des traits dans le paysage matérialisés quelques fois par de vieux troncs d'arbres venus depuis la nuit des temps de Sibérie.
Le recul des glaciers s'est accéléré depuis un siècle. Les premières cartes datent d'il y a 40 ans. Les cartes actuelles indiquent le front du glacier qui se jetait dans la mer à cette époque et le front actuel. On voit bien que les contours des glaciers actuels sont généralement quelques kilomètres plus en amont.
En été, les glaciers avancent rapidement déversant des tonnes de glace dans la mer. Les baies peuvent être recouvertes de glaçons qui sont parfois aussi gros qu'une maison. La vitesse du glacier peut être rapide, quelques mètres par heure. Les frictions et les tensions exercées sont immenses. L'avancée se fait généralement par à-coups, créant des détonations se répercutant jusqu'à une dizaine de kilomètres.

La banquise.
Elle est à sa maximale au mois d'avril. Ceinturant généralement complètement l'archipel et arrivant jusqu'à l'île aux ours, à mi-distance entre le Spitzberg et le Cap Nord plus au Sud.
La débâcle commence fin mai - début juin et laisse en eau libre la partie N-O de l'île puis se retire complètement de l'île au milieu du mois d'août, (extension minimale).
Cependant, les années ne se ressemblent pas et il n'est pas rare que le Spitzberg reste englacé sur sa partie N-E toute l'année, rendant impossible le tour en bateau. La banquise est très imprévisible. Elle avance rapidement en fonction des courants marins et des vents forts. Elle peut dériver jusqu'à une centaine de kilomètres en quelques heures.


SOCIETE
Histoire : du désert de glace à la civilisation

12ème au 16ème Siècle
Ce sont sans doute des Vikings islandais qui, en 1194, ont découvert le Svalbard. Tombé dans l'oubli peu de temps après, il fut redécouvert en 1596 par le Hollandais William Barents. Le premier hivernage connu fut celui de huit Anglais en 1630. Bien que la région fût inhabitable à cause de sa situation dans la "Zona frigida", ils firent le commentaire suivant : "Le climat est ici si dur que les animaux sont tous blancs !"

17ème au 18ème Siècle
L'activité principale était la chasse à la baleine et au morse ; d'abord pour la production de bijoux, d'objets décoratifs et de "jupons baleines" et ensuite pour la fabrication du savon. On imagine difficilement que la ville de Smeerenburg dans le nord de l'île abritait, dans les années 1750, plus de mille âmes d'après les récits, (deux cent cinquante d'après les scientifiques). De ce port baleinier, il ne reste aujourd'hui que des centaines de tombes où de temps à autre l'alternance du gel et du dégel laisse apparaître les squelettes à la surface...
Aux chasseurs de baleines s'ajoutèrent des trappeurs venus de Russie et de Norvège.

19ème Siècle
1899, un tournant dans le développement du Spitzberg : le capitaine Sooren Zachariassen revient à Tromsø avec un chargement de charbon qu'il a trouvé dans l'archipel. Cette découverte déclenche une véritable "ruée vers l'or" dans le Nord de l'Europe : on organise des expéditions.
Au grand désespoir de beaucoup, il était difficile de parvenir à une exploitation des mines qui soit profitable. John M. Longyear, originaire du Michigan aux Etats-Unis, mit le pied au Svalbard en tant que touriste en 1901. Il acheta une mine et établit quatre ans plus tard la société Arctic Coal Co qui devint le premier producteur de charbon à Longyearbyen.

Souveraineté norvégienne
Le 14 août 1925, le Svalbard fut attribué à la Norvège. L'accord (traité du Svalbard) fut signé par 42 pays.
Il stipule que l'archipel peut être utilisé à des fins non-militaires et que tous les pays signataires ont un droit égal d'y établir des activités industrielles.

Géographie

Royaume des glaces, le SPITZBERG - la plus grande île de l'archipel du SVALBARD - est le territoire le plus proche du Pôle Nord. Dans ce monde "hautement polaire", les deux tiers des terres sont constamment recouverts par les glaces.

Le Svalbard s'étend sur une surface de 63.000 Km2 (presque autant que l'Irlande) et le Spitzberg, l'île la plus grande, fait 39.000 Km2. Il dresse ses pics rocheux hauts de 1.700 mètres dans un décor hivernal où il fait nuit pendant 2 mois et demi consécutifs. Déserté de toute civilisation humaine pendant très longtemps, cet archipel compte aujourd'hui 2.400 habitants qui se répartissent entre les deux peuplements : Barentsburg, communauté russe de 400 âmes et Longyearbyen, ville peuplée de 2000 Norvégiens. Longyearbyen est le centre administratif du Spitzberg.

Une nature surprenante et fragile
Vous rêvez de découvrir cette nature unique et absolue ?
Plusieurs siècles de chasse à la baleine et à l'ours ont laissé de telles traces que la nature ne parviendra sans doute jamais à les effacer. Le climat arctique rend la nature particulièrement vulnérable aux influences externes et le moindre impact humain peut avoir des conséquences catastrophiques. C'est pourquoi il est important, et les autorités l'exigent, que tous ceux qui séjournent au Spitzberg respectent les lieux en s'informant des règles sur l'archipel et les appliquent.

L'archipel comprend 3 parcs nationaux, 3 réserves naturelles, 15 réserves ornithologiques et 3 zones de réserve botanique.

Dans les parcs nationaux et les réserves, toute circulation d'engins motorisés est interdite ainsi que l'atterrissage d'hélicoptère, sans autorisation du service du gouverneur.
Les réserves ornithologiques sont interdites durant les nidifications.
Sur tout le territoire, la présence humaine doit se faire discrète en ne laissant aucune trace après son passage et en restant à distance des lieux de nidifications...

La flore et la faune
Désertique, mais fécond
On peut décrire cet ensemble d'îles situées entre 74° et 81° de latitude Nord, qui s'étend bien au-delà du pôle magnétique et couvert aux 2/3 de glaciers, comme un désert arctique.
Et pourtant, ici, où la surface de la terre ne fond que d'un mètre à peine durant l'été, on trouve malgré tout 170 espèces d'oiseaux migrateurs, dont environ une trentaine vient nicher durant le court été, ainsi que des animaux arctiques comme l'ours blanc, le renne, le phoque, le renard blanc, le morse...!

La faune

L'ours blanc
Il y a à peu près 2500 ours blancs au Spitzberg. Ils vivent essentiellement sur la banquise et chassent le phoque. Cependant, pendant les mois de printemps, ils dérivent sur des morceaux de glace vers le Sud.
À la fonte des glaces, commence pour eux une longue migration vers le Nord à la recherche de la banquise et de la nourriture. Cette migration se fait le long de la côte Est. Il arrive que certains d'entre eux s'égarent à l'intérieur des terres. Régulièrement, un ours traverse les cités minières du Spitzberg en quête de nourriture. Les côtes Est et Nord sont les endroits les plus fréquentés par ces animaux. Bien que la côte Ouest le soit beaucoup moins, ils peuvent être présents un peu partout.
Un ours affamé est potentiellement dangereux. Il faut être toujours vigilant et emporter une carabine de gros calibre. Il peut être attiré par la présence de nourriture.


Les précautions à prendre sont suivantes:
- Tour de veille durant les heures de sommeil du groupe.
- Ne jamais laisser de nourriture dans les tentes ni dans les kayaks. Il est souhaitable de la mettre à 100 m du campement.

Les ours sont totalement protégés depuis 1976. Au cas où l'on serait amené à tuer un de ces grands prédateurs, le gouverneur doit être prévenu et une enquête est faîte pour justifier de la légitime défense. La peau et la carcasse sont propriétés d'état.

Le Renard Polaire.
Présent sur la majorité de l'archipel, il profite parfois de la présence humaine pour chiper un peu de nourriture. On le trouve souvent l'été près des colonies d'oiseaux.

Le Renne du Svalbard.
C'est une sous-espèce particulière que l'on rencontre uniquement au Spitzberg. Il est plus massif que les autres rennes et vit généralement en solitaire ou en très petits groupes à cause du peu de nourriture. La population, après avoir été chassée, remonte dans ses effectifs et il est fréquent de surprendre des rennes sauvages près des habitations.

Le Morse.
Il est protégé depuis 1952 car il avait pratiquement disparu. On le trouve aujourd'hui à peu près tout le long des côtes Nord et Est. La population de morses augmente d'année en année et recommence à coloniser la côte Ouest. A bord d'un kayak, il est toujours plus prudent, de garder ses distances par rapport à cet animal très curieux de nature.

Les Phoques.
Il y a au moins trois sortes de phoques que l'on rencontre régulièrement l'été : le phoque annelé, le veau marin et le phoque barbu. Ce dernier est le moins farouche de tous et s'approche très près des kayaks.

Les oiseaux.
Pendant l'été, le Spitzberg fourmille d'oiseaux marins qui ne resteront pour certains que jusqu'à la fin Août. Seul le lagopède vit toute l'année sur l'archipel. Parmi les oiseaux que l'on peut fréquemment rencontrer, on peut citer : le mergule nain, le guillemot de Brünnich, le guillemot à miroir, la sterne arctique, le macareux moine, la mouette tridactyle, le labbe parasite, le grand labbe, le pétrel fulmar., l'eider commun et à tête grise, l'oie bernache nonnette et cravant, l'harelde de Miquelon, le bruant des neiges, le phalarope à bec large, le plongeon catmarin, le goéland bourgmestre, le bécasseau violet... et parmi les oiseaux plus rares qui nous font l'honneur de se montrer quelquefois : le goéland sénateur (mouette ivoire) qui se nourrit de graisse de phoques tués par les ours.

Baleines et autres mammifères marins.
Longtemps, la baleine du Groenland a été abondante sur les côtes du Spitzberg jusqu'à sa raréfaction au XVIIIe siècle. On aurait dû l'appeler la baleine du Spitzberg, car à tort les chasseurs pensaient quand ils lui donnèrent son nom, que le Spitzberg faisait partie du Groenland.
Il reste actuellement d'autres cétacés et l'on peut assez souvent naviguer au milieu d'un banc de bélougas longeant la côte. Ces cétacés grégaires, de taille moyenne (0,4 - 1,5 t.) sont beaucoup plus fréquents que leurs homologues les narvals qui se trouvent généralement sur la côte Est de l'île. Les bélougas sont très sociables et en été, ils se rassemblent par centaines.

Il n'est pas rare de voir quelques petits rorquals, (baleines longues de 7 à 10 m), venir s'alimenter à quelques miles de la côte, dans les fjords.

La flore
Le sous-sol est gelé en permanence en moyenne jusqu'à 200 mètres (entre 100 et 400 m) de profondeur ; 20 cm à 1 mètre seulement dégèlent en surface durant 6 à 12 semaines. Ce mécanisme gel - dégel forme un processus qui donne au sol un mouvement perpétuel.
La saison de végétation est extrêmement courte. Seules les plantes spécialisées arrivent à pousser dans ces conditions extrêmes. On recense à peu près 170 espèces de plantes dont le saule arctique, un "arbre" rampant qui se distingue difficilement de l'herbe rase.

La toundra la plus variée, la plus herbacée et la plus riche se situe dans la zone centrale du Spitzberg, autour de Longyearbyen, où l'on trouve la majorité des plantes qui poussent sur l'archipel. Au Nord et en altitude, les plantes font place à de nombreuses variétés de lichens, à la plus grande satisfaction des rennes qui s'en nourrissent l'hiver.

Mousse et algues se développent généreusement aux emplacements des colonies d'oiseaux marins qui déposent des tonnes de fientes. Si bien que l'on peut repérer de loin dans le paysage, le lieu des nidifications souligné d'un tapis vert tendre et de névés de couleur rose (coloration due aux algues).

Communautés
On dénombre cinq communautés : 3 norvégiennes et 2 russes. En partant de Longyearbyen (2000 habitants),
- Ny Ålesund (40 personnes en permanence), la communauté la plus au nord du monde est devenue un centre scientifique international situé au Nord-ouest dans la Baie du Roi.
- Svea, à 50 km au Sud-est., la dernière mine norvégienne où une cinquantaine de personnes vont travailler quelques jours et reviennent ensuite à Longyearbyen.
- Barentsburg , communauté russe de 400 habitants, située à 45 Km au Sud-ouest
- Pyramiden (fermée en 1998), à 50 km au Nord.
Les moyens de transport sont l'hélicoptère, l'avion, le bateau ou le scooter des neiges en hiver. En théorie, chaque habitant dispose d'une surface de la taille du Liechtenstein.

Longyearbyen : Cité administrative
Longyearbyen est l'une des communautés norvégiennes de l'archipel. Outre l'activité minière qui est presque terminé (14 mineurs en 2002), on peut trouver beaucoup de services. Cette ville ne dispose que de 40 Km de routes.
Elle est située à 1h45 de TromsØ par avion, au Nord de l'Océan Glacial Arctique, ce qui représente une distance de presque 1000 Km. Longyearbyen est à 1260 Km au Nord du cercle polaire arctique, alors que le pôle Nord n'est qu'à une distance de 1300 Km de Longyearbyen.

Loi et ordre
Le Svalbard est régi par la loi norvégienne et plus particulièrement par le droit civil et criminel. Il existe une législation spéciale concernant la nature et l'environnement. Le gouverneur du Svalbard est le principal représentant du gouvernement. Ses pouvoirs sont de plusieurs ordres : il est à la fois chef de la police, préfet et parfois juge.

Les vestiges culturels
L'histoire du Svalbard est riche d'aventures polaires qui ont laissé des vestiges allant du XVIIème siècle, (la chasse à la baleine et la venue des trappeurs), jusqu'au début des activités minières et la conquête du Pôle Nord. Ces vestiges sont protégés, s'ils sont antérieurs à 1946, par exemple les tombes des chasseurs de baleines du XVIIème siècle. Il est donc interdit d'endommager ou de soustraire les vestiges historiques ou les os de baleines sur les plages. Si de nouvelles découvertes sont faites, elles doivent être déclarées auprès des autorités. Il est interdit de camper à moins de 100 m de tout vestige datant d'avant la dernière guerre mondiale.

Les excursions facultatives
Croisière à Barensburg et/ou Pyramiden

Croisière sur un catamaran à la découverte des plus belles zones de l'Isfjord. Vous serez accompagnés lors de la traversée par de nombreux oiseaux marins avant de profiter d'un glacier et de ses nombreux icebergs. La deuxième partie de la croisière sera consacré à la visite d'une ville Russe.
--
Barensburg : 170 € par personne (départ 8:30 - retour 13:00)
Pyramiden : 210€ par personne (départ 13:30 - retour 19:30)
Journée complète : 340€ par personne (départ 8:30 - retour 19:30)

  • , 31 ans, PARIS
    du 22 juillet 2018 au 01 août 2018
    Alors des + et des - dans ce voyage. Le plus gros + est moi le lieu: la Baie de Roi ce n'est pas Svéa, c'est magnifique, riche. Le plus gros - pour moi est la composition du groupe: j'avais bien demandé qui venait, préférant des voyageurs solos à une grande famille de 6 personnes. Or on ne m'a pas mentionné qu'il y avait un groupe qui avait déjà fait le voyage ensemble, et qui n'arrêtait pas de dire que c'était mieux l'année dernière, qu'il n'y avait pas la même magie, etc. cela même alors que tout était parfait pour moi ! Car ça doit être un peu dur le Nord! Là où c'est devenu gênant c'est dans les choix: rando ou kayak, dormir alors qu'il fait beau... Sinon, la nourriture était exceptionnelle, presque trop (je regrettais parfois de prendre 3h au petit déjeuner pour partir mais c'était quand même agréable!). La baie du Roi est déserte alors que Svea avait trois camps les uns à la suite des autres. En faune nous avons vu des Belugas & phoques presque tous les jours. Merci !
  • , VILLENABE d'ORNON
    du 22 juillet 2018 au 01 août 2018
    Un voyage où règne l'imprévisible et un dépaysement absolu. Loin de tout dans une nature quasi hostile mais c'est tellement beau !
  • , 30 ans, LETTONIE
    du 08 juillet 2018 au 18 juillet 2018
    Très beau voyage dans des paysages splendides, en particulier grâce aux excursions en kayak qui nous ont permis de faire de jolies rencontres avec la faune locale (macareux, phoques annelés et barbus...) au milieu des icebergs. Un grand merci à notre guide Nico qui a su jongler avec bonne humeur et efficacité ente les aléas de la météo et les différents rythmes du groupe.
  • , 57 ans, AIZENAY
    du 08 juillet 2018 au 18 juillet 2018
    Le concept de camp itinérant en kayak entrecoupé de randos à pied dans la Baie du Roi a répondu à nos envies de découvertes. Un temps suspendu, hors connexion, immergé dans un monde minéral aquatique et de glaces. Nombreuses observations de phoques annelés et un beau phoque barbu. Des rennes, des renards chapardeurs… Toutes sortes d’oiseaux, mergules nains, guillemots, eiders, pétrels… Il m’a fallu 2 jours pour prendre le rythme et m’acclimater. Avec un début de météo maussade, puis au fur et à mesure du beau temps, nous avons trouvé magique d’avancer tranquillement en pagayant entre les petits icebergs et d’observer faune et magnifiques panoramas et de voir en vrai les glaciers se fracturer… Une organisation sérieuse. Un grand merci à Nicolas qui nous a guidé dès la sortie de l’avion jusqu’à la fin du séjour, en répondant à nos questions dans cet environnement unique. Alain, 57 ans.
  • , 65 ans, FONTENAY
    du 08 juillet 2018 au 18 juillet 2018
    Nicolas, notre guide, est: compétant, attentif, pondéré, etc, etc... Plus de qualificatifs pourraient paraître suspect, absolument rien à redire, mais beaucoup à ajouter....
  • , 33 ans, VILLENEUVE LES AVIGNON
    du 11 août 2017 au 26 août 2017
    Quel beau voyage rythmé par la vie des glaciers. Découvrir tous ces paysages grandioses a été une expérience unique. C'était la première fois que je faisais du kayak, et j'ai trouvé ce moyen de vivre le voyage idéal pour se rapprocher au plus près de la nature, de la mer, des icebergs mais aussi des oiseaux et des phoques. Notre guide était super ! Bienveillant et toujours disponible pour nous partager ses connaissances sur le Spitzberg. J'ai beaucoup apprécié qu'il adapte le rythme du séjour à nos envies et humeurs mais aussi aux conditions climatiques. Il a fait parfois très froid et l'ambiance sympathique et chaleureuse du groupe réchauffait toujours l'atmosphère ! Je garderai un très beau souvenir de ce voyage et de ces paysages mais aussi de tous ces moments de partage avec le groupe.
  • , 55 ans, FONTENAY-LES-BRIIS
    du 21 juillet 2017 au 04 août 2017
    Très beau voyage avec un guide au petit soin .Un grand merci à Erwan pour son dynamisme, ses connaissances, et son professionnalisme. Groupe très sympa . Parcours variés alternant kayak et randonnée avec du beau temps sur tout le parcours.
  • , 54 ans, PYLA SUR MER
    du 21 juillet 2017 au 04 août 2017
    Séjour inoubliable dans une Baie du Roi étincelant sous un soleil permanent. Le T-shirt a souvent été vu, voir un peu de torse nu et 2 baignades. Un groupe super, enthousiaste, volontaire et sachant apprécier la beauté des paysages tout en gardant un bon rythme (oui, en s'oubliant parfois dans le clapotis des glaçons...). Une nature généreuse : naturalistes de formation, nous avons identifié 21 espèces d'oiseaux et 5 mammifères (dont l'ours vu sur la sortie optionnelle de Pyramiden, qui (du coup) nous a plu). Mais à tout seigneur tout honneur: notre guide Erwan a été remarquable, à l'écoute de chacun et de tous. Formidable cuistot, il a su gérer l'intendance de ce groupe de 10 sans aucune erreur. Erwan a su faire passer sa passion des régions polaires et nous a appris des tonnes de choses (dont la possibilité de vivre avec un sac de 13 L!). Un vrai pro! Merci à lui et bravo à 66°N pour l'ensemble de la prestation.
  • , 38 ans, ROUSSON
    du 21 juillet 2017 au 04 août 2017
    Un séjour extraordinaire, une météo exceptionnelle, soleil tous les jours quasiment, des paysages à couper le souffle chaque jour. Un super groupe, et surtout la qualité de notre guide Erwan. La qualité d'un séjour dépend souvent du guide et dans ce cas nous étions servi, serviable, intarissable d'informations sur le Svalbard, souriant, arrangeant, bref un guide au top. Seul l'ours a manqué à notre séjour. Mais au vue des paysages magiques sous le soleil, rien à regretter. L'itinérance en kayak est géniale, un très bon moyen de dormir tous les 2 jours au pied d'un glacier différent avec de superbes icebergs. Erwan nous concocté tous les soirs un très bon repas chaud, jamais le même, ce qui est un exploit au vue de l'isolement sur place. L'alternance rando à pied et journée kayak, permet de ne pas se lasser et pour certain de se reposer au milieu du clapotis des icebergs. Rythme et longueur du séjour impeccable. Le sac de 13L est largement suffisant.
  • , 57 ans, GOUY
    du 10 juillet 2017 au 25 juillet 2017
    C'était un voyage exceptionnel, grâce notamment au sérieux, à la gentillesse et à l'humour de notre guide Ronan. Le rythme est soutenu mais sans excès et en ce qui nous concerne les conditions météo étaient assez difficiles. Il me semble important d'être en bonne forme et suffisamment entraîné avant de partir pour profiter pleinement de la nature sauvage et immense dans laquelle nous étions totalement immergés. Nous avons bien mangé et l'ambiance était excellente. Nous n'étions que six participants ce qui rend les gardes plus fréquentes mais participe à la qualité du séjour. Nous avons vu beaucoup d'animaux, mais pas d'ours ce qui est peut être mieux finalement : les rencontres doivent être complexes à gérer ! Le seul point à améliorer est le transport avec le bateau: Inadapté, réparé sommairement suite à une panne électrique. Ce n'est pas idéal dans ces eaux aussi hostiles. Très bon encadrement de 66° nord par ailleurs, aussi bien au siège à Lyon (Emmanuelle), que sur place (Robin).