Spitzberg

Texas Bar (ENSPTEX)

Voyage accompagné | Rando Kayak
Niveau : engagé
| À partir de 4550 €

Prochain départ le 13/07/2017

Comparer
Réservez
Précédent Suivant
Avis des voyageurs : (4/4) > Voir les avis sur la destination
Réserver ce voyage
23 jours , 17 jours de kayak de mer

Voyage d'exception de trois semaines tout au nord du Spitzberg. Un périple au parcours varié au coeur d'un relief à chaque fois renouvelé et où la fréquentation humaine reste épisodique: le contact avec la nature est intense dans ce haut lieu de vie de l'ours polaire et du morse.

Vous aimerez...
  • Le séjour d'exception en itinérance dans des lieux très peu fréquentés
  • La rencontre régulière avec les ours polaires
  • Les lumières fabuleuses du Nord du Spitzberg
  • L'arrivée du raid au niveau des sources chaudes les plus septentrionales au monde
Jour 01 : Vol Paris - Longyearbyen

Accueil à l'aéroport de Longyearbyen et transfert jusqu'à votre hébergement.

Hébergement : Guesthouse

Jour 02 : Longyearbyen

Distribution du matériel, explication sur l'ensemble du voyage puis départ en fin de journée sur le Farm, un petit bateau tenu par Stig, une des figures emblématiques de Longyearbyen. Après la sortie d'Isfjord, direction plein Nord à destination des côtes du nord ouest de l'archipel.

Hébergement : Nuit sur le bateau

Jour 03 : Navigation en direction du Nord de l'archipel du Svalbard

A bord du Farm, nous longeons la côte ouest pour atteindre le nord de l'archipel. Le bateau nous déposera au cours de la nuit sur une plage en fonction des conditions météorologiques.

Hébergement : Nuit sous tente

Jour 04 à 21 : 17 jours d'une grande aventure au nord du Nord

Top départ d'une formidable expédition à travers les glaces du Spitzberg. Nous partirons probablement du fjord de Smeerenburg au nord-ouest de l'île, juste en face de l'île d'Amsterdam. C'est l'un des endroits les plus spectaculaires de l'archipel ; c'est d'ailleurs en découvrant ces reliefs alpins formés de sommets pointus que Barents a donné le nom de Spitzberg à ce territoire.

Les glaciers blancs et bleus tombent brutalement dans la mer et les milliers d'îles abritent une abondante faune. Rochers noirs sortant des flots (dernières roches avant le pôle Nord), imposants icebergs qui dérivent sur une mer battue par les vents... tous ces éléments plongent ce lieu dans une atmosphère de profond isolement.

Le relief devient peu à peu moins abrupt et ce sont des plateaux et falaises abritant des milliers d'oiseaux qui s'offrent à nos yeux. Sur les plages, il n'est pas rare de croiser des phoques ou un morse.

Puis les grandes terres ocres et rouges annoncent la terre plate des rennes. Nous sommes ici au royaume de l'ours blanc et nous avons toutes les chances d'en croiser chaque jour. Sur ces territoires sans relief, il est facile de les observer.

Nous rentrons ensuite dans le fjord de Wood puis celui de Leift où nous retrouvons de nouveau des reliefs tourmentés et alpins. C'est là que se trouve la cabane de Texas Bar, en face de l'immense glacier du Monaco qui a donné son nom à cette magnifique expédition.

Le front du Glacier long de 5 km véhicule des tonnes d'icebergs qui s'éparpillent dans la baie. C'est dans ce lieu magique qu’en 2006 nous avons bénéficié de la compagnie d'une femelle ours avec ses deux oursons, qui avaient élu domicile à proximité de notre camp pendant trois jours.

Nous finissons notre progressions pour atteindre les sources chaudes secrètes de Woodfjorden où viendra nous récupérer le Farm pour nous ramener à la civilisation.

Retour en bateau et hébergement en Guesthouse à l'arrivée à Longyearbyen.


Hébergement : Nuit sous tente et nuit en guesthouse jour 21

Jour 22 : Journée libre à Longyearbyen

Journée libre pour profiter des derniers achats avant le départ, visiter le musée de Longyearbyen, etc. Départ pour l'aéroport dans la nuit.

Jour 23 : Départ pour la France

Vol Longyearbyen - Paris.


L'itinéraire est donné à titre indicatif, il dépend des conditions météorologiques et se décide au jour le jour. Tous les descriptifs sont donc indicatifs et non contractuels.

Du
Au
Prix TTC par pers.
Départ assuré
Inscription
  • 13/07/2017
    04/08/2017
    4550€
    Dernières places
Code voyage :
ENSPTEX
Nombre de participants :
7 à 10
le prix comprend :
  • Les vols Paris / Longyearbyen / Paris
  • Les taxes aériennes et de sécurité
  • Les déplacements selon le programme
  • L'hébergement et la pension complète durant le séjour, sauf le dernier repas à Longyearbyen et pendant les vols internationaux
  • L'encadrement par un guide accompagnateur francophone
  • Le prêt d'une partie du matériel : sac de couchage, vêtements techniques (salopette en fourrure polaire, combinaison gore-tex étanche, cagoule néoprène, gants, grosses chaussettes, ...)

le prix ne comprend pas :
  • Les frais d'inscription: 17€ par personne
  • L'assurance voyage annulation (3% du prix du voyage), l'assurance rapatriement (2%) ou l'assurance voyage multirisques : annulation, assistance, bagage, rapatriement (4% du prix du voyage)
  • Les éventuels suppléments aériens: Les prix indiqués sont établis en fonction, notamment, de certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Il se peut que cette classe désignée ne soit plus disponible au moment de la réservation, auquel cas nous pouvons être amenés à modifier le prix du voyage moyennant un supplément.
À payer sur place :
  • La dernière nuit à Longyearbyen pour ceux qui souhaitent se reposer quelques heures avant de prendre l'avion (vol de nuit en général)
  • Le dernier repas au restaurant à Longyearbyen (~45 euros / repas)
  • Les boissons
  • Les activités non mentionnées au programme
  • Les dépenses personnelles

Niveau : engagé

Soutenu à très soutenu
Cette expédition unique, en autonomie totale, ne présente pas de difficultés techniques particulières, mais réclame un engagement psychologique et physique important de la part des participants en raison de l'isolement absolu, de la précarité du confort et des sautes d'humeur de la météo.

Esprit du voyage
Ce voyage est participatif : votre aide sera sollicitée pour charger et décharger les kayaks du matériel nécessaire au bon déroulement du voyage ainsi que pour son nettoyage ; tout ceci ne prendra pas beaucoup de temps sur l'ensemble de votre périple.
Votre guide maîtrise bien le circuit mais votre implication permet de créer un climat d'entraide et d'établir des liens, entre vous et votre guide, pour une ambiance sympathique et sereine.

Les régions polaires demandent également une certaine ouverture d'esprit. L'équilibre écologique y est précaire et la dégradation des ordures est quasi nulle. Nous vous demanderons d'être particulièrement vigilant et responsable par rapport à la préservation des sites que vous explorerez.

Encadrement

Guide-accompagnateur francophone 66°Nord, spécialiste du Spitzberg.


Votre guide seul fait autorité durant la totalité de votre séjour, et lui seul, de par ses connaissances du terrain, est habilité à prendre des décisions.

Sécurité :
Nos séjours se déroulent en milieu polaire et dans des régions isolées pouvant parfois se révéler hostiles.
Sur place, votre guide vous expliquera les règles de sécurité qu'il faut appliquer tant au niveau de la progression qu'au niveau du campement et beaucoup de petits détails quotidiens concernant le froid et le confort.
Votre guide sera équipé d'un pistolet d'alarme et d'une carabine pour repousser une éventuelle visite d'ours. Chaque soir, nous assurerons un tour de veille pour surveiller le camp, moment privilégié pour savourer seul le calme de l'immensité arctique.
La balise Sarsat, emportée avec nous, permet d'alerter les secours en cas d'extrême urgence. Elle envoie un signal de détresse détecté par des satellites qui passent en moyenne toutes les demi-heures au niveau du Svalbard et qui localisent l'appel de détresse à 100 mètres près.

Hébergement

Bivouac sous tente 2 personnes tentes légères et adaptées aux conditions du Svalbard. Nous nous réunissons chaque soir sous une tente mess pour prendre nos repas, l'occasion de partager un moment de convivialité autour de la chaleur qui émane du réchaud.

Nuits en Guesthouse à Longyearbyen (chambre ou dortoir de 2, 3 ou 4 lits).

Alimentation

Nous essayons de vous proposer une nourriture équilibrée et en même temps adaptée aux conditions rencontrées au Spitzberg. Sachez qu'il est naturellement difficile, sinon impossible, de trouver des légumes ou des fruits frais dans le Grand Nord.
Le petit déjeuner : Müesli avec café, chocolat ou thé. Pas de croissant malheureusement !
Le midi : Pique-nique : Barres de céréales chocolatées, fruits secs ou en-cas salés, charcuterie, fromage...
Le soir : Soupe chaude, plat chaud et dessert ...

Déplacement

Au Spitzberg, déplacements en kayak de mer et randonnées.
Nous utilisons des kayaks en fibre, qui ont été spécialement conçus pour le milieu arctique. Ils ne demandent pas de technicité et peuvent naviguer par toutes mers, grâce à leur stabilité et à leur faible prise au vent. En cas de chavirage (peu vraisemblable), ils sont conçus pour que vous puissiez remonter à bord même en pleine mer.
Nous utilisons des kayaks biplaces car ces derniers sont plus stables et ont une plus grande capacité de chargement.

Vol international:
Nous utilisons soit la compagnie régulière SAS, soit la compagnie Norwegian, via Oslo.
Eau, thé, café offerts à bord des vols SAS. Toute autre consommation (boissons ou repas) payante à bord.
Vols SAS : 1 bagage en soute de 23kg et 1 bagage en cabine de 8kg (dimensions 50x40x23cm) sont autorisés par personne.
Vols Norwegian : 1 bagage en soute 20kg est prévu et 1 bagage en cabine de 10kg (dimensions 50x40x23cm) est autorisé par personne.

Vêtements à prévoir

Quelques principes de lutte contre le froid :

Notre pire ennemie : L’humidité !

Paradoxalement à sa situation géographique, le problème en arctique, c’est la chaleur excessive… même en hiver. Durant un effort physique notre organisme produit de la chaleur et de l’humidité et celle-ci est la plus difficile à combattre.


Les 3 couches

Pour l’habillement, la méthode multicouche est la meilleure. Il s’agit de porter plusieurs couches de vêtements dont les plus rapprochées du corps laissent facilement échapper la sueur. Les autres couches conservent la chaleur ou préservent le corps des conditions extérieures. Donc il faut porter des sous-vêtements qui absorberont cette humidité et changer ceux-ci en fin de
journée, même si les vêtements vous semblent secs.

.La couche de base ( a même la peau )
Doit permettre la circulation de la transpiration du corps vers l’extérieur et permettre de rester au sec ; il s’agit habituellement d’un sous-vêtement. Les fibres synthétiques assurent les meilleurs résultats. Cependant les Norvégiens utilisent la laine (en particulier les sous-vêtements ullfrottés distribués en France par Pronor…. )

.La couche intermédiaire
Emprisonne notre chaleur. Durant longtemps, la laine fut abondamment l’isolant de base. Aujourd’hui la polaire (fibre synthétique de polyester) est très efficace. L’eau ne la pénètre presque pas et elle sèche rapidement.

.La couche extérieure
Sa fonction est de protéger de l’eau, de la neige et surtout du vent. Sa construction doit être solide. Il devra être ample et descendre le plus bas possible. Il doit être à la fois respirant et imperméable au vent avec si possible des options techniques d’ouverture pour une meilleure
ventilation.


Règles de base

1. Des vêtements amples
Choisir des vêtements où l’on se sent à l’aise et ne pas les porter ajustés étroitement.

2. Des vêtements isothermes ou imperméables
Choisir les bons matériaux, pour les bonnes couches.

3. Les extrémités
Une grande part de la chaleur se perd par la tête. Comme pour le reste du corps les 3 couches s’appliquent aux extrémités : la tête, les mains et les pieds.

4. S’habiller et se déshabiller
Il faut savoir mettre et enlever les différentes couches de vêtements selon la situation.

5. Eviter l’humidité
Il faut bouger pour « créer » de la chaleur, mais sans transpirer…


Liste d'équipement à prévoir :


Pour LONGYEARBYEN
- 1 maillot de bain (pour la piscine ou le sauna, en option)
- Vêtements de voyage (qui restent sur place pendant la partie kayak)
- Petite serviette de toilette pour les nuits en appartement à Longyearbyen

Pour le RAID
- 1 Veste coupe vent légère - Genre Gore-Tex ou équivalent
- 1 Pantalon coupe vent respirant - Genre Gore-Tex ou équivalent
- 1 Bonnet chaud - polaire ou laine
- 1 Pull ou veste polaire épaisse - laine ou polaire
- 1 polaire légère ( en option)
- 2 à 3 T-shirts fins - Polypropylène, polaire ou laine
- 1 Caleçon long - Polypropylène, polaire ou laine
- 1 Collant de jooging ou de ski de fond (en option)
- 1 paire de chaussettes fines - Polypropylène ou laine
- 3 à 4 paires de chaussettes épaisses - Laine Polypropylène
- 1 paire de chaussures de montagne (à emporter en kayak selon les séjours)
- 1 paire de chaussures légères/baskets (pour le camp, en option)
- 1 paire de chaussures ouvertes types "Crocs" ou sandales ouvertes (2 à 3 pointures de plus que votre pointure réelle pour marcher avec la combinaison)
- 1 paire de bottes en caoutchouc (hautes)avec semelle crantée pour traverser les zones humides
- Sous vêtements personnels
- 1 paire de gants ou mitaines polaire - Polypropylène ou polaire
- Gants néoprène pour le kayak (en option car manchons fournis)
- 1 Casquette (à grande visière) et lunettes de soleil (type glacier)
- 1 Petit couteau
- 1 petite trousse de toilette - le minimum !
- Lingettes
- Crème solaire &lait hydratant
- Papier toilette
- Bâtonnet pour les lèvres
- Bag Balm réputé en arctique canadien
- 1 drap de soie (obligatoire)
- 1 oreiller gonflable(en option)
- 1 duvet en plume petite taille (en option, sinon fourni)
- 1 Appareil photos & jumelles (en option)
- Une gourde 1 L, isotherme si possible(en option)
- Des comprimés purificateurs d'eau type "micropur" (en option)
- Piles de rechanges
- Livre (éventuellement)
- Médicaments personnels (Dont 3 ou 4 compeeds)

Matériel fourni sur place

Nous mettrons à votre disposition des équipements de grande qualité et d'une légèreté impressionnante, pour que vous passiez un séjour agréable sans souffrir d'inconfort. Tentes, sacs de couchage, matelas Therma-Rest, vêtements techniques, matériel de camping, kayak biplace avec tout son équipement, combinaisons Gore-Tex étanches.

Matériel pour le groupe

Camping
- 1 tente mess type "Tepee" 8-10 places ou 13 places suivant les groupes
- vaches à eau "Ortlieb"
- 1 réchaud
- cuisine tempête" + matériel cuisine

Sécurité
- 1 balise Sarsat miniature
- 1 radio V.H.F.
- 1 carabine gros calibre
- 1 pistolet d'alarme
- 1 stylo lance fusée d'alarme/pers.

Divers
- Fiche sur les animaux du Spitzberg
- 1 trousse de pharmacie
- livres sur animaux et plantes

Matériel par personne

Camping
- 1 tente 2 places
- 1 matelas autogonflant
- 1 bouteille Thermos aluminium/2 pers
- 1 sac de couchage synthétique -6°C

Matériel de Kayak
- 1 combinaison sèche Gore tex avec chausson intégré
- 1 paire de manchons de kayak
- 1 jupe de kayak
- 1 gilet de sauvetage deux poches
- 1 cagoule en néoprène

Confort
- 1 sac étanche pour vos affaires personnelles (dimension 65 cm de long sur 60 cm de circonférence, capacité 13 litres)
- 1 sac étanche pour votre sac de couchage dimension 75 cm de long sur 70 cm de circ. cap. 22 litres)

Vêtements
- 1 salopette en fourrure polaire Helly Hansen pour le kayak et à terre

Bagages

20 kg maximum en soute.
Nous vous recommandons de placer tout votre matériel et équipement dans un grand sac de voyage et de prendre un sac à dos souple de 20 litres maximum pour les randonnées à la journée.
Vous pourrez laisser vos affaires de ville à Longyearbyen.

Passeport

Passeport en cours de validité.
Le Svalbard est une zone détaxée. Vous êtes en principe, soumis au passage en douane (alcool et tabac) en rentrant sur le continent.

Si vous voyagez avec vos enfants sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir une carte d'identité individuelle ou un passeport individuel.

ATTENTION, à partir du 15 janvier 2017, un enfant qui voyage à l'étranger sans être accompagné de l'un de ses parents doit présenter les 3 documents suivants :
- Pièce d?identité valide du mineur : carte d'identité ou passeport + visa éventuel en fonction des exigences du pays de destination (à vérifier en consultant les fiches pays du site diplomatie.gouv.fr)
- Photocopie du titre d'identité valide du parent signataire : carte d'identité ou passeport
- Formulaire d?autorisation de sortie du territoire signé par l'un des parents titulaire de l'autorité parentale.

Pour tout complément d'informations: https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1359

Carte d'identité

Non

Visa

Non

Infos Vaccins

Pas de vaccin obligatoire.

Climat

Chaleur et froid.
En été, la température moyenne est d'environ 6 à 8 °C avec des variations qui peuvent aller de 1 à 14° C.
La température minimale enregistrée à l'aéroport du Svalbard (mars 1986) est de 46,3° C en dessous de zéro, tandis que le record de chaleur, relevé en juillet 1979, est de 21,3° C. La température moyenne de l'année est de - 5,4° C.
La température de la mer en été est de 2° sur la côte ouest et de - 2° sur la côte est. La température est toujours plus basse près des glaciers.

Les vents.
Il faut savoir qu'au Spitzberg une journée ensoleillée peut être synonyme de vent fort. Quand le soleil brille, l'air chaud au niveau de la mer monte, l'air froid, stocké au niveau des glaciers "coule" par gravité vers la mer : on appelle cela des vents catabatiques. Leur violence dépend de la taille du glacier : maximum 80 km/h au Spitzberg, 200 km/h au Pôle Sud. Mais le climat du Spitzberg est souvent nuageux avec un plafond très bas qui recouvre les montagnes.
On a en principe du temps calme en juin et juillet. Dès la fin août, le vent du Nord commence à souffler. Septembre, c'est déjà l'hiver. Mais aucun été ne ressemble à un autre. Il n'existe pas de règle générale, il faut toujours être préparé pour faire face au pire comme au meilleur même si cela n'arrive pas.
En été, le vent est modéré et généralement très local. Tel cap peut être très exposé aux vents tandis qu'une baie plus loin est généralement calme. La direction des vents varie avec la direction des fjords. Le climat étant très changeant, le beau temps ne persiste pas plus de deux jours, de même que le mauvais temps. Il peut y avoir du brouillard en été.

Les précipitations.
La pluviosité annuelle moyenne à Longyearbyen n'est que de 200 mm et le record de pluviosité pour un mois est seulement de 56 mm! Le Spitzberg est un désert froid.
Les averses sont très rares en été, seul un petit crachin tombe parfois durant quelques heures.

Les courants.
La hauteur des marées est généralement de 0,5 à 1,50 mètre. Un courant d'un noeud (1,8 km/h) tourne autour de l'île dans le sens des aiguilles d'une montre. Il peut devenir plus fort au niveau des caps et entre les îles.

Clarté et obscurité.
La nuit polaire de 2 mois et demi (14 novembre - 29 janvier) est aussi aimée que détestée, son unique rivale étant la pleine lune, fidèle et magnifique, dont la lumière intense sait donner une nouvelle dimension au paysage hivernal étincelant. Puis vient le soleil. Chaque année pendant quatre mois, le soleil brille haut dans le ciel sans interruption (19 avril - 23 août).
Fantastique...! Il se couchera définitivement le 21 octobre avant le long hiver.
En septembre, les jours raccourcissent d'une demi-heure par jour.

Les glaciers.
Les 2/3 de l'île sont recouverts par des glaciers. La partie la moins englacée se situe au centre de l'île autour de Longyearbyen du fait du climat plus continental et plus sec. Les glaciers se sont formés, il y a 10.000 ans durant la dernière glaciation. Les glaces actuelles ont à peu près 1000 à 2000 ans et sont des reliques glaciaires.
Depuis les dernières glaciations, les glaces ne cessent de régresser sur l'archipel car la pluviosité est trop faible pour maintenir la quantité des glaces en place.
L'épaisseur des glaces était si importante qu'elle a pesé sur la croûte terrestre et que celle-ci s'est enfoncée. De nos jours, depuis la régression des glaces, la terre de tout l'archipel remonte, laissant apparaître dans les endroits plats, des vestiges de plages qui forment des traits dans le paysage matérialisés quelques fois par de vieux troncs d'arbres venus depuis la nuit des temps de Sibérie.
Le recul des glaciers s'est accéléré depuis un siècle. Les premières cartes datent d'il y a 40 ans. Les cartes actuelles indiquent le front du glacier qui se jetait dans la mer à cette époque et le front actuel. On voit bien que les contours des glaciers actuels sont généralement quelques kilomètres plus en amont.
En été, les glaciers avancent rapidement déversant des tonnes de glace dans la mer. Les baies peuvent être recouvertes de glaçons qui sont parfois aussi gros qu'une maison. La vitesse du glacier peut être rapide, quelques mètres par heure. Les frictions et les tensions exercées sont immenses. L'avancée se fait généralement par à-coups, créant des détonations se répercutant jusqu'à une dizaine de kilomètres.

La banquise.
Elle est à sa maximale au mois d'avril. Ceinturant généralement complètement l'archipel et arrivant jusqu'à l'île aux ours, à mi-distance entre le Spitzberg et le Cap Nord plus au Sud.
La débâcle commence fin mai - début juin et laisse en eau libre la partie N-O de l'île puis se retire complètement de l'île au milieu du mois d'août, (extension minimale).
Cependant, les années ne se ressemblent pas et il n'est pas rare que le Spitzberg reste englacé sur sa partie N-E toute l'année, rendant impossible le tour en bateau. La banquise est très imprévisible. Elle avance rapidement en fonction des courants marins et des vents forts. Elle peut dériver jusqu'à une centaine de kilomètres en quelques heures.


SOCIETE
Histoire : du désert de glace à la civilisation

12ème au 16ème Siècle
Ce sont sans doute des Vikings islandais qui, en 1194, ont découvert le Svalbard. Tombé dans l'oubli peu de temps après, il fut redécouvert en 1596 par le Hollandais William Barents. Le premier hivernage connu fut celui de huit Anglais en 1630. Bien que la région fût inhabitable à cause de sa situation dans la "Zona frigida", ils firent le commentaire suivant : "Le climat est ici si dur que les animaux sont tous blancs !"

17ème au 18ème Siècle
L'activité principale était la chasse à la baleine et au morse ; d'abord pour la production de bijoux, d'objets décoratifs et de "jupons baleines" et ensuite pour la fabrication du savon. On imagine difficilement que la ville de Smeerenburg dans le nord de l'île abritait, dans les années 1750, plus de mille âmes d'après les récits, (deux cent cinquante d'après les scientifiques). De ce port baleinier, il ne reste aujourd'hui que des centaines de tombes où de temps à autre l'alternance du gel et du dégel laisse apparaître les squelettes à la surface...
Aux chasseurs de baleines s'ajoutèrent des trappeurs venus de Russie et de Norvège.

19ème Siècle
1899, un tournant dans le développement du Spitzberg : le capitaine Sooren Zachariassen revient à Tromsø avec un chargement de charbon qu'il a trouvé dans l'archipel. Cette découverte déclenche une véritable "ruée vers l'or" dans le Nord de l'Europe : on organise des expéditions.
Au grand désespoir de beaucoup, il était difficile de parvenir à une exploitation des mines qui soit profitable. John M. Longyear, originaire du Michigan aux Etats-Unis, mit le pied au Svalbard en tant que touriste en 1901. Il acheta une mine et établit quatre ans plus tard la société Arctic Coal Co qui devint le premier producteur de charbon à Longyearbyen.

Souveraineté norvégienne
Le 14 août 1925, le Svalbard fut attribué à la Norvège. L'accord (traité du Svalbard) fut signé par 42 pays.
Il stipule que l'archipel peut être utilisé à des fins non-militaires et que tous les pays signataires ont un droit égal d'y établir des activités industrielles.

Géographie

Royaume des glaces, le SPITZBERG - la plus grande île de l'archipel du SVALBARD - est le territoire le plus proche du Pôle Nord. Dans ce monde "hautement polaire", les deux tiers des terres sont constamment recouverts par les glaces.

Le Svalbard s'étend sur une surface de 63.000 Km2 (presque autant que l'Irlande) et le Spitzberg, l'île la plus grande, fait 39.000 Km2. Il dresse ses pics rocheux hauts de 1.700 mètres dans un décor hivernal où il fait nuit pendant 2 mois et demi consécutifs. Déserté de toute civilisation humaine pendant très longtemps, cet archipel compte aujourd'hui 2.400 habitants qui se répartissent entre les deux peuplements : Barentsburg, communauté russe de 400 âmes et Longyearbyen, ville peuplée de 2000 Norvégiens. Longyearbyen est le centre administratif du Spitzberg.

Une nature surprenante et fragile
Vous rêvez de découvrir cette nature unique et absolue ?
Plusieurs siècles de chasse à la baleine et à l'ours ont laissé de telles traces que la nature ne parviendra sans doute jamais à les effacer. Le climat arctique rend la nature particulièrement vulnérable aux influences externes et le moindre impact humain peut avoir des conséquences catastrophiques. C'est pourquoi il est important, et les autorités l'exigent, que tous ceux qui séjournent au Spitzberg respectent les lieux en s'informant des règles sur l'archipel et les appliquent.

L'archipel comprend 3 parcs nationaux, 3 réserves naturelles, 15 réserves ornithologiques et 3 zones de réserve botanique.

Dans les parcs nationaux et les réserves, toute circulation d'engins motorisés est interdite ainsi que l'atterrissage d'hélicoptère, sans autorisation du service du gouverneur.
Les réserves ornithologiques sont interdites durant les nidifications.
Sur tout le territoire, la présence humaine doit se faire discrète en ne laissant aucune trace après son passage et en restant à distance des lieux de nidifications...

La flore et la faune
Désertique, mais fécond
On peut décrire cet ensemble d'îles situées entre 74° et 81° de latitude Nord, qui s'étend bien au-delà du pôle magnétique et couvert aux 2/3 de glaciers, comme un désert arctique.
Et pourtant, ici, où la surface de la terre ne fond que d'un mètre à peine durant l'été, on trouve malgré tout 170 espèces d'oiseaux migrateurs, dont environ une trentaine vient nicher durant le court été, ainsi que des animaux arctiques comme l'ours blanc, le renne, le phoque, le renard blanc, le morse...!

La faune

L'ours blanc
Il y a à peu près 2500 ours blancs au Spitzberg. Ils vivent essentiellement sur la banquise et chassent le phoque. Cependant, pendant les mois de printemps, ils dérivent sur des morceaux de glace vers le Sud.
À la fonte des glaces, commence pour eux une longue migration vers le Nord à la recherche de la banquise et de la nourriture. Cette migration se fait le long de la côte Est. Il arrive que certains d'entre eux s'égarent à l'intérieur des terres. Régulièrement, un ours traverse les cités minières du Spitzberg en quête de nourriture. Les côtes Est et Nord sont les endroits les plus fréquentés par ces animaux. Bien que la côte Ouest le soit beaucoup moins, ils peuvent être présents un peu partout.
Un ours affamé est potentiellement dangereux. Il faut être toujours vigilant et emporter une carabine de gros calibre. Il peut être attiré par la présence de nourriture.


Les précautions à prendre sont suivantes:
- Tour de veille durant les heures de sommeil du groupe.
- Ne jamais laisser de nourriture dans les tentes ni dans les kayaks. Il est souhaitable de la mettre à 100 m du campement.

Les ours sont totalement protégés depuis 1976. Au cas où l'on serait amené à tuer un de ces grands prédateurs, le gouverneur doit être prévenu et une enquête est faîte pour justifier de la légitime défense. La peau et la carcasse sont propriétés d'état.

Le Renard Polaire.
Présent sur la majorité de l'archipel, il profite parfois de la présence humaine pour chiper un peu de nourriture. On le trouve souvent l'été près des colonies d'oiseaux.

Le Renne du Svalbard.
C'est une sous-espèce particulière que l'on rencontre uniquement au Spitzberg. Il est plus massif que les autres rennes et vit généralement en solitaire ou en très petits groupes à cause du peu de nourriture. La population, après avoir été chassée, remonte dans ses effectifs et il est fréquent de surprendre des rennes sauvages près des habitations.

Le Morse.
Il est protégé depuis 1952 car il avait pratiquement disparu. On le trouve aujourd'hui à peu près tout le long des côtes Nord et Est. La population de morses augmente d'année en année et recommence à coloniser la côte Ouest. A bord d'un kayak, il est toujours plus prudent, de garder ses distances par rapport à cet animal très curieux de nature.

Les Phoques.
Il y a au moins trois sortes de phoques que l'on rencontre régulièrement l'été : le phoque annelé, le veau marin et le phoque barbu. Ce dernier est le moins farouche de tous et s'approche très près des kayaks.

Les oiseaux.
Pendant l'été, le Spitzberg fourmille d'oiseaux marins qui ne resteront pour certains que jusqu'à la fin Août. Seul le lagopède vit toute l'année sur l'archipel. Parmi les oiseaux que l'on peut fréquemment rencontrer, on peut citer : le mergule nain, le guillemot de Brünnich, le guillemot à miroir, la sterne arctique, le macareux moine, la mouette tridactyle, le labbe parasite, le grand labbe, le pétrel fulmar., l'eider commun et à tête grise, l'oie bernache nonnette et cravant, l'harelde de Miquelon, le bruant des neiges, le phalarope à bec large, le plongeon catmarin, le goéland bourgmestre, le bécasseau violet... et parmi les oiseaux plus rares qui nous font l'honneur de se montrer quelquefois : le goéland sénateur (mouette ivoire) qui se nourrit de graisse de phoques tués par les ours.

Baleines et autres mammifères marins.
Longtemps, la baleine du Groenland a été abondante sur les côtes du Spitzberg jusqu'à sa raréfaction au XVIIIe siècle. On aurait dû l'appeler la baleine du Spitzberg, car à tort les chasseurs pensaient quand ils lui donnèrent son nom, que le Spitzberg faisait partie du Groenland.
Il reste actuellement d'autres cétacés et l'on peut assez souvent naviguer au milieu d'un banc de bélougas longeant la côte. Ces cétacés grégaires, de taille moyenne (0,4 - 1,5 t.) sont beaucoup plus fréquents que leurs homologues les narvals qui se trouvent généralement sur la côte Est de l'île. Les bélougas sont très sociables et en été, ils se rassemblent par centaines.

Il n'est pas rare de voir quelques petits rorquals, (baleines longues de 7 à 10 m), venir s'alimenter à quelques miles de la côte, dans les fjords.

La flore
Le sous-sol est gelé en permanence en moyenne jusqu'à 200 mètres (entre 100 et 400 m) de profondeur ; 20 cm à 1 mètre seulement dégèlent en surface durant 6 à 12 semaines. Ce mécanisme gel - dégel forme un processus qui donne au sol un mouvement perpétuel.
La saison de végétation est extrêmement courte. Seules les plantes spécialisées arrivent à pousser dans ces conditions extrêmes. On recense à peu près 170 espèces de plantes dont le saule arctique, un "arbre" rampant qui se distingue difficilement de l'herbe rase.

La toundra la plus variée, la plus herbacée et la plus riche se situe dans la zone centrale du Spitzberg, autour de Longyearbyen, où l'on trouve la majorité des plantes qui poussent sur l'archipel. Au Nord et en altitude, les plantes font place à de nombreuses variétés de lichens, à la plus grande satisfaction des rennes qui s'en nourrissent l'hiver.

Mousse et algues se développent généreusement aux emplacements des colonies d'oiseaux marins qui déposent des tonnes de fientes. Si bien que l'on peut repérer de loin dans le paysage, le lieu des nidifications souligné d'un tapis vert tendre et de névés de couleur rose (coloration due aux algues).

Communautés
On dénombre cinq communautés : 3 norvégiennes et 2 russes. En partant de Longyearbyen (2000 habitants),
- Ny Ålesund (40 personnes en permanence), la communauté la plus au nord du monde est devenue un centre scientifique international situé au Nord-ouest dans la Baie du Roi.
- Svea, à 50 km au Sud-est., la dernière mine norvégienne où une cinquantaine de personnes vont travailler quelques jours et reviennent ensuite à Longyearbyen.
- Barentsburg , communauté russe de 400 habitants, située à 45 Km au Sud-ouest
- Pyramiden (fermée en 1998), à 50 km au Nord.
Les moyens de transport sont l'hélicoptère, l'avion, le bateau ou le scooter des neiges en hiver. En théorie, chaque habitant dispose d'une surface de la taille du Liechtenstein.

Longyearbyen : Cité administrative
Longyearbyen est l'une des communautés norvégiennes de l'archipel. Outre l'activité minière qui est presque terminé (14 mineurs en 2002), on peut trouver beaucoup de services. Cette ville ne dispose que de 40 Km de routes.
Elle est située à 1h45 de TromsØ par avion, au Nord de l'Océan Glacial Arctique, ce qui représente une distance de presque 1000 Km. Longyearbyen est à 1260 Km au Nord du cercle polaire arctique, alors que le pôle Nord n'est qu'à une distance de 1300 Km de Longyearbyen.

Loi et ordre
Le Svalbard est régi par la loi norvégienne et plus particulièrement par le droit civil et criminel. Il existe une législation spéciale concernant la nature et l'environnement. Le gouverneur du Svalbard est le principal représentant du gouvernement. Ses pouvoirs sont de plusieurs ordres : il est à la fois chef de la police, préfet et parfois juge.

Les vestiges culturels
L'histoire du Svalbard est riche d'aventures polaires qui ont laissé des vestiges allant du XVIIème siècle, (la chasse à la baleine et la venue des trappeurs), jusqu'au début des activités minières et la conquête du Pôle Nord. Ces vestiges sont protégés, s'ils sont antérieurs à 1946, par exemple les tombes des chasseurs de baleines du XVIIème siècle. Il est donc interdit d'endommager ou de soustraire les vestiges historiques ou les os de baleines sur les plages. Si de nouvelles découvertes sont faites, elles doivent être déclarées auprès des autorités. Il est interdit de camper à moins de 100 m de tout vestige datant d'avant la dernière guerre mondiale.